Translate

dimanche 17 juin 2018

Fête à Orléans.

Fête à Orléans.

Le Journal du Loiret publie le programme suivant des fêtes qui auront lieu à Orléans à l'occasion de l'inauguration du chemin de fer:
Réunion des autorités, de la garde nationale et de la troupe de ligne à l'embarcadère; salve de vingt et un coups de canons à l'arrivée du duc de Nemours; bénédiction du chemin de fer et des wagons par M. l'évêque d'Orléans; visite des établissements publics par le prince; réception des autorités  à l'hôtel de la préfecture; départ du prince dans la soirée; salve de départ; mâts de cocagne sur les places de la porte Bannier; chevaux de bois, orchestres, danses sur le grand mail, en face de l'embarcadère; jeu bruxellois à l'entrée du grand mail; établissements de marchands étalagistes sur le boulevard extérieur en face de l'embarcadère, dans la contre-allée bordant le fossé; illumination du portail et des tours de Sainte-Croix, de la porte Bannier et de l'Hôtel de la Mairie; ballon lancé sur le pont et feu d'artifice sur la Loire, en aval du pont, par les soins de M. Ruggieri; enfin grand bal par souscription à l'hôtel de la mairie.
- Dimanche dernier, le chemin de fer d'Orléans a été parcouru sur toute la ligne par un convoi d'essai. Ce convoi n'était monté que par les administrateurs et les ingénieurs de la compagnie, qui, avant de livrer la ligne à l'examen de la commission du gouvernement, ont voulu vérifier le bon état du chemin, l'infaillibilité des rails et la solidité de tous les travaux. MM. Jullien, ingénieur en chef; Thoyot, ingénieur pour la section d’Étampes; Delerue, pour la section d'Orléans; de Germiny, administrateur de la compagnie; Delahante, sous-directeur de l'exploitation, faisaient partie de ce convoi.
La locomotive était chauffée par M. Clarke lui-même, ingénieur du matériel, qui, dans cette circonstance, avait revêtu la simple blouse du conducteur. Ce voyage s'est fait à marche ralentie. Le convoi, parti de Paris à six heures et demie, est arrivé à midi à l'embarcadère d'Orléans. Il y avait donc eu halte à toutes les stations.
A deux heures, le convoi s'est mis en route pour le retour d'Orléans à Paris. La locomotive avait alors repris sa vitesse, et les voyageurs partis d'Orléans à deux heures, sont arrivés à Chevilly à deux heures vingt minutes, c'est à dire qu'ils ont franchi dans cet espace de temps une distance de 16 kilomètres, ce qui donne une vitesse de douze lieues à l'heure.

Le Salon littéraire, dimanche 20 avril 1843.