Translate

jeudi 17 mai 2018

Réforme de l'orthographe.

Réforme de l'orthographe.

Le ministère de l'instruction publique ayant annoncé le dépôt très prochain, devant le Conseil supérieur de l'instruction publique, d'un projet de simplification orthographique, M. Auguste Renard, dont on connait la compétence à ce sujet,  a demandé à quelles simplifications s'arrêterait le projet.
On lui a répondu que le projet avait une double base: les modifications déjà approuvées par l'Académie française et les propositions présentées à cette même Académie, en 1803, par M. Gréard.
L'Académie accepte, notamment, la suppression de h dans le groupe grec rh : rétorique, rinocéros, etc., au lieu de rhétorique, rhinocéros; la substitution de i à y, prononcé i simple: analise, stile, etc. au lieu de analyse, style;  la substitution de c à t sifflant, dans certains cas: confidenciel, substanciel (dérivé de confidence et substance), au lieu de confidentiel et substantiel; l'extension de s comme signe du pluriel au sept exceptions en ou: des bijous etc., et quelques autres simplifications.
Quant aux propositions Gréard, elles portent principalement sur la suppression des consonnes doubles, sur la réduction à c, r, t, f, des groupes grecs ch, rh, th, ph : cronique, rétorique, téâtre, fénomène, etc., et sur l'emploi uniforme de s  comme marque du pluriel: des hibous, des bateaus, des animaus, des  chevaus, etc.
Nous ne tarderons pas, d'ailleurs, à être fixés là-dessus, puisque le Conseil supérieur doit donner son avis dès le mois prochain ou, au plus tard, en tout cas, dès la session de juillet.

Les Annales politiques et littéraires, revue universelle paraissant le dimanche, 15 novembre 1908.