Translate

vendredi 23 mars 2018

Les plus belles femmes de France.

Les plus belles femmes de France.

M. Théodore Birt, professeur de philologie à Marlbourg, publie dans la Deutche Rundschau ses impressions d'un voyage en Provence. Partout, dans ce charmant pays, il a retrouvé les souvenirs de l'antique Grèce.
A défaut de monuments et d'inscriptions, le type des habitants atteste leur origine; ni en Sicile, ni même en Grèce, il ne s'est conservé aussi pur, aussi semblable aux statues grecques. A Saint-Rémy, à Aigues-Mortes, aux Saintes-Maries, à Arles, M. Birt reconnait dans chaque servante une canéphore, dans chaque voiturier un Hermès.
Les Avignonnaises surtout l'ont émerveillé. "Chez elles, peu de trace de croisement romains ou germaniques. Quelques-unes ont le teint mat, la chevelure épaisse et l’œil noir brillant des femmes sarrasines; le nom de "Sarrasin" est d'ailleurs commun dans leur ville; mais la plupart ont les grands traits, le nez droit et la noble stature des vierges des Panathénées. Il faudrait, dit le savant, envoyer ici des archéologues et des ethnologues pour mensurer ces magnifiques exemplaires de la race humaine.
Les visages allemands ne sont souvent que des ébauches; les visages provençaux sont des chefs-d'oeuvre de la nature. 
L'éclair des iris bruns rayonne sous l'arc noir des cils comme brille le soleil entre les lames de jalousies.
Et quelles formes, quelle structure, quel port! Ces femmes ont une démarche princière; qui les voit se mouvoir a devant soi la statue vivante de la Grèce. En elles, et seulement en elles, s'épanouit la perfection féminine."
Que voilà donc un galant Allemand!

Mon Dimanche, revue populaire illustrée, 8 septembre 1907.