Translate

mercredi 20 septembre 2017

La France au Moyen Orient.

La France au Moyen-Orient.


On n'a parlé toute cette quinzaine que d'Abdul-Hamid, de l'amiral Caillard, de l'entrée des Dardanelles et de l'île de Mytilène. De Mytilène surtout: c'est le nom de l'antique Lesbos.

Mère des jeux latins et des voluptés grecques.

et qui n'est connue, aujourd'hui, que par ses fabriques de savon, lesquelles sont au nombre de 65 et approvisionnent toutes les blanchisseries de l'Asie mineure.
J'avais prévu, si vous vous le rappelez bien, cette intervention de la flotte française dans les affaires du sultan. Officiellement, il s'agissait pour nous de contraindre la Porte à régler les créances Lorando et Tubini. En réalité, le refus par le sultan d'acquitter ces créances n'a été que la goutte d'eau qui fait déborder le vase: les Capitulations violées, nos missions religieuses frappées de taxes exorbitantes, nos industriels spoliés, le nom de la France ridiculisé dans tout l'Islam, voilà les vraies raisons qui nous ont forcés à intervenir. L'amiral Caillard l'a fait avec une énergie et une décision particulièrement dignes d'éloge.
Type de l'officier solide, réfléchi, laborieux, le contre-amiral Léonce Caillard, commandant l'escadre du Levant, est né le 12 février 1846. Simple enseigne au moment de la guerre de 1870, il se distingua lors de la prise du Bourget par les Allemands en tenant plusieurs heures, avec une compagnie de marins, à l'une des extrémités du village. Toute la compagnie fut anéantie, à l'exception de cinq hommes et de l'enseigne Caillard. Deux jours après, celui-ci était promu au grade de lieutenant de vaisseau. Capitaine de frégate en 1884, contre-amiral le 29 octobre 1898, commandeur de la Légion d'honneur le 31 décembre 1899, il prenait part aux différentes expéditions coloniales et maritimes qui ont marqué ces quinze dernières années et était placé, en dernier lieu, à la tête de l'escadre légère de la Méditerranée avec laquelle il s'est emparé de Mételin, principal port de la grande île qui commande à la fois l'entrée de Smyrne et le débouché des Dardanelles.
Le choix de Mételin comme point d'occupation momentanée de l'escadre du Levant avait été déterminé par le revenu considérable de ses douanes. Tous les marchés de la terre ferme sont plus ou moins tributaire de Mételin: un cabotage particulièrement actif relie ce port à Constantinople et à Smyrne; le Caire et Alexandrie s'y approvisionnent de fruits; Odessa y charge de l'eau-de-vie et des vins. Joignez que Métilène n'est turque que de nom. Les Grecs y sont plus de 90.000 contre 12 ou 13.000 musulmans. Aussi nos marins ont-ils reçu des habitants un accueil presque enthousiaste. On eût dit qu'ils apportaient avec eux la liberté de l'Ionie.
Toutes les Sporades furent agitées d'un long frémissement. Cet éveil de l'hellénisme, coïncidant avec l'option des Crétois en faveur de leur annexion à la Grèce, n'a pas laisser de donner à réfléchir au sceptique commandeur des croyants. Abdul-Hamid s'est aperçu qu'il avait trop compté sur notre indifférence: il a fait droit de nos revendications. Tout est bien qui finit bien.
Si nous avions à manifester un regret, ce serait seulement que l'intervention de l'escadre se soit fait si longtemps attendre. Le groupe le plus considérable des affaires générales en Turquie est constitué par les entreprises de nos compatriotes, qui y ont crée sept lignes de chemin de fer, fondé d'importantes exploitations minières, monopolisé l'éclairage des côtes, construit les quatre grands ports de l'empire: Smyrne, Beyrouth, Salonique et Constantinople. L'argent français qui travaille en Turquie n'est pas loin d'atteindre le milliard; notre commerce qui dépasse annuellement 200 millions y balance le commerce anglais. C'est dire assez qu'au point de vue économique notre situation en Orient est supérieure à celle de toutes les autres puissances.
Notre influence morale n'était malheureusement pas, jusqu'en 1881, à la hauteur de notre situation économique, quand au mois de décembre de cette même année, dans une entrevue fameuse entre Gambetta et le Supérieur des Pères Jésuites Français, fut étudié et discuté le projet d'une école de médecine à Beyrouth. Gambetta, on le sait du reste, estimait que l'anticléricalisme n'est pas un article d'exportation. Il le fit bien voir ici. Beyrouth possédait, depuis quelques années, une Faculté Américaine de médecine, américaine par le nom mais toute d'influence anglaise. Le nombre de ses étudiants était à peu près de 70, la plupart pensionnaires. Pour enrayer ce mouvement des jeunes intelligences vers la Faculté Américaine, le moyen le plus sûr et le plus efficace semblait être d'opposer Faculté à Faculté. Le Supérieur des Pères Jésuites de Syrie n'eut pas de peine à s'entendre là dessus avec Gambetta. Deux ans plus tard, en octobre 1883, la Faculté catholique de Beyrouth ouvrait ses portes aux étudiants. Le gouvernement avait mis à sa disposition un jeune docteur de la Faculté de Montpellier, un professeur de botanique et de zoologie et un professeur de chimie. Les locaux n'avaient rien de luxueux. Ils suffisaient cependant aux neuf étudiants qui se présentèrent la première année. Mais, dès la seconde année, le nombre de ces étudiants était doublé. Dès la troisième année il passait soixante. Il fallut aviser, construire des locaux plus vastes. Ces locaux eux-mêmes sont devenus aujourd'hui trop étroits. On avait compté sur un maximum de 80 étudiants. Il y en avait 150 d'inscrits au début de la deuxième année scolaire. Admirables résultats! Encore ne furent-ils pas atteints sans peine. La Faculté catholique de Beyrouth n'est pas une faculté libre: elle relève de l'Université de France; ses professeurs sont nommés par le ministre et, dès l'origine, elle était soumise au contrôle des délégués du ministère de l'Instruction publique envoyés de France à titre d'inspecteurs ou de présidents du jury.
Cette sorte de consécration officielle donnée à un établissement bondé et tenu par des jésuites indignera sans doute bien des Homais de sous-préfecture. Que diront-ils donc, quand ils sauront que l'un des hommes qui ont le plus fait pour assurer l'avenir de la Faculté de Beyrouth n'est ni plus ni moins que M. Liard qui, lui non plus, à raison ou à tort, ne passe pas pour chérir la pensée catholique d'une amour échauffée. Mais c'est aux jésuites surtout, à ces jésuites qu'on expulse de France sous prétexte qu'ils prennent leur mot d'ordre à Rome, que notre reconnaissance doit aller pour l'oeuvre toute française qu'ils ont accomplie dans le Levant. Nos établissements scolaires en Syrie et en Asie mineure ne contiennent pas moins de 100.000 élèves. Tous sont dirigés par des missionnaires catholiques. Avant que ne fût fondée la Faculté de Beyrouth, la partie la plus intelligente et la plus active de cette population scolaire se dirigeait vers la Faculté Américaine, la seule qui existât. Français de cœur en y entrant, ils en sortaient, après trois ans, Anglais d'intérêt et de conviction. Dans les centres où ils allaient ensuite se fixer, leur titre de médecin leur donnait un crédit qui était tout au détriment de l'influence française. Grâce aux jésuites, les choses ont changé. Libre à M. Urbain Gohier et à nos bons internationalistes de protester contre l'estampille ainsi donnée par la France à des religieux qu'elle expulse de chez elle. Dans ce vieil Orient fataliste et mystique, on est encore peu sensible aux beautés du credo positiviste. Les Anglais le savent, qui, pour premiers agents de propagande dans tous les pays où ils ont des intérêts à sauvegarder, commencent par y envoyer des prédicants et des bibles...

Les veillées des chaumières, 30 novembre 1901.